Action en gestion conjointe de la Communauté Européenne avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement / Plan d’Action  
pour la Méditerranée pour l’identification et la création d’Aires Spécialement Protégées d’Importance Méditerranéenne
dans les zones de mer ouverte et les grands fonds marins
English (United Kingdom)French (Fr)
header
Home Phase I Réalisations
Réalisations PDF Imprimer Envoyer

L’évaluation des aspects essentiels des dynamiques physiques et écologiques des zones de mer ouverte, ainsi que la prise en considération des problématiques de la gouvernance et de la mise en œuvre, considéré ensemble dans la définition concrète et l’application des critères opérationnels pour le processus de sélection des sites, ont été adressés à travers les principales activités suivantes :

-  Aperçu des conclusions scientifiques et des critères pertinents pour identifier des ASPIM dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les eaux profondes ;

-  Etude sur la conservation des pêches et les écosystèmes vulnérables dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les eaux profondes ;

-  Etude sur les aires d’importance pour les oiseaux marins dans les zones de mer ouverte de Méditerranée ;

-  Développement d’un Système d’Information Géographique pour les zones de mer ouverte, avec la description correspondante, les résultats et l’application de ce système à la mise en œuvre de l’action ;

-   Description des instruments juridiques internationaux appliqués à la conservation de la biodiversité marine de la région méditerranéenne.

 

Aperçu des conclusions scientifiques et des critères pertinents pour identifier les ASPIM dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les eaux profondes

Cette étude a été conduite en appliquant un processus hiérarchique et stratégique basé sur les données et analyses existantes pour délimiter des zones d’importance pour la conservation, et ce en utilisant les critères des ASPIM harmonisés avec les critères d’autres méthodologies de sélection de site.

La première étape de ce processus hiérarchique a consisté à délimiter des sous-régions au sein du Bassin Méditerranéen. De cette manière, la Méditerranée a été sous-divisée en 8 sous-régions afin de d’assurer que chaque partie de la région reçoive la même attention, facilitant ainsi la représentativité régionale.

 

Med_subregions

Sous-division de la Méditerranée en huit sous-régions (1 – Mer d’Alborán ; 2 – Bassin algéro-provençal ;
3 - Mer Tyrrhénienne ; 4 – Mer Adriatique ; 5 – Plateau Tunisien / Golfe de Syrte ; 7 – Mer Egée ; 8 – Mer Levantine)

 

Puis, des aires d’importance écologique ou biologique (en anglais Ecologically or Biologically Significant Areas - EBSA) ont été identifiées en Méditerranée sur la base des critères développés par la CBD et des critères des ASPIM. Pour cela, reconnaissant que l’état de l’art en écologie méditerranéenne est insuffisant pour développer concrètement des réseaux représentatifs d’AMP dans les zones de mer ouverte, y compris les eaux profondes, les bases de données existantes ont été complétées à partir d’indicateurs dérivés des points chauds de la biodiversité et d’avis d’experts afin de délimiter ces aires d’importance écologique ou biologique. Une enquête a donc été conduite en sollicitant la contribution de différents experts méditerranéens en écologie marine, biodiversité, océanographie et géomorphologie. Cette enquête a permis de produire 86 polygones dans les 8 sous-régions, permettant ainsi l’identification de 10 EBSA.

L’étude a attiré l’attention sur le fait que certaines aires de Méditerranée étaient sous-représentées et que la priorité devait donc leur être donnée dans les travaux. Par exemple, très peu d’EBSA ont été proposées dans le Sud-Est de la Méditerranée, ce qui est vraisemblablement dû à l’absence d’information, plus qu’à une réelle rareté d’éléments de biodiversité méritant une protection. Il a donc été recommandé que des efforts de recherche soient consacrés à ces aires dès que possible.


EBSA

Aires d’importance écologique ou biologique identifiées sur la base des données disponibles (A – Mer d’Alboran ; B – Aire des Iles Baléares ;
C – Aire du Golfe du Lion ; D – Sanctuaire Pelagos (inscrit sur la liste des ASPIM en 2001) ; E – Mer Tyrrhénienne ;
F – Plateau tunisien ; G – Mer Adriatique ; H – Mer Ionienne ; I – Mer Egée ; J – Mer Levantine ; K – Région du Delta du Nil)

 


Conservation des pêches et écosystèmes vulnérables dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les zones profondes

Cette étude a permis d’identifier treize aires comme prioritaires pour la conservation considérant les impacts des activités de pêche.

Les zones de mer ouverte et les zones profondes de Méditerranée comprennent une grande diversité d’habitats, à la fois pélagiques et démersaux, incluant de nombreux habitats essentiels aux poissons et des habitats sensibles, comme les biocénoses à coralligène, les monts sous-marins, les canyons, les bancs et les sources hydrothermales. Ces habitats incluent également des phénomènes océanographiques favorables aux poissons pélagiques comme les résurgences et les fronts. Ces habitats, en tant que points chauds de la biodiversité et habitats critiques pour la reproduction et l’alimentation de nombreuses espèces, peuvent être vulnérables aux activités de pêche.

Les pêcheries démersales qui opèrent dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les zones profondes, recourent aux chaluts de fond, aux palangres de fond et aux filets, alors que les engins de pêche utilisés pour les poissons pélagiques sont les sennes et les palangres pélagiques.

A travers cette étude, treize sites ont été considérés comme prioritaires pour la conservation au regard des impacts de la pêche dans les zones de mer ouverte, y compris les eaux profondes, afin de protéger certains écosystèmes des perturbations dues à la pêche : talus du Golfe du Lion, monts sous-marins de la Mer d’Alboran, banc de l’Aventure et banc de Malte au sud de la Sicile, récifs de coraux froids du Cap de Santa Maria di Leuca, fosse de Jabuka dans le centre de l’Adriatique, Golfe de Strymonikos et plateau de Samotraki dans la mer Thracienne, mont sous-marin d’Eratosthenes et suintements froids d’hydrocarbure du Nil à l’Est de la Méditerranée, ainsi que les fonds au de-là de 1000 m. Les aires pélagiques potentielles sont les sud des Iles Baléares, le Détroit de Gibraltar et la mer d’Alboran, ainsi que le Détroit de Sicile.


Fisheries

Aires prioritaires de conservation considérant les impacts de la pêche dans les zones de mer ouverte de Méditerranée,
y compris les eaux profondes

 

Compilation géo-référencée sur les aires d’importance pour les oiseaux dans les zones de mer ouverte de Méditerranée

Basée sur sept des quinze espèces d’oiseaux listées à l’Annexe II du Protocole ASP/DB, cette étude a permis la cartographie de la distribution de ces espèces d’oiseaux marins pélagiques menacées ou en danger.

Cette étude constitue une contribution majeure aux méthodologies appliquées pour la sélection d’AMP en Méditerranée. Les résultats de ce processus de sélection (localisation géographique, mesures des surfaces et classement des priorités) pour l’ensemble du bassin méditerranéen et les résultats particuliers pour chacune des sept régions résultantes ont été présentés sous forme de couches visuelles. De plus, une carte globale des résultats pour l’ensemble du bassin méditerranéen a été exposée ainsi qu’un graphique montrant les proportions de surfaces de chaque valeur de priorité. Des cartes spécifiques pour chacune des sept aires sélectionnées ont été préparées, discutées et acceptées.

Cette étude souligne l’hétérogénéité de la Mer Méditerranée et le peu de grandes zones, considérant les données disponibles, spécialement dans le basin oriental de la Méditerranée. De manière générale, les zones de grands fonds marins sont également pauvres en présence d’oiseaux pélagiques.

La distribution des aires prioritaires de nuance plus claire (catégories 2 à 4) souligne l’influence des phénomènes océanographiques de large échelle (production plus élevée, mélange des masses d’eau, influence de la bathymétrie) et peuvent être considérées comme un indicateur général des aires d’intérêt pour la conservation des oiseaux marins. Les aires prioritaires les plus foncées (catégories 5 à 7) se situent toujours à la limite des aires prioritaires plus claires, sur le plateau continental, autour des îles de nidification ou près des phénomènes océanographiques clés (fronts, résurgences).


Birds

Distribution géographique des aires prioritaires pour la conservation des oiseaux marins. Le degré de priorité pour
la conservation est représenté par une échelle de 1 (nuance la plus claire) à 7 (nuance la plus foncée).

 

Système d’Information Géographique développé pour les zones de mer ouverte de Méditerranée

Cette étude fournit une approche méthodologique pour la mise en œuvre d’un système d’information géographique pour l’identification de possibles ASPIM dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les eaux profondes. Un logiciel open source spécifique est présenté. Celui-ci est compatible et aisément complété avec des outils populaires tels que les fichiers Google Earth, idéalement adapté pour l’information environnementale. Après une discussion méthodologique sur les données – critères, sélection de l’information, projections adéquates – une série de présentations compilant différentes couches sur les frontières, les caractéristiques sous-marines, les paramètres physiques des masses d’eau ont été discutées.

 

Description des instruments juridiques internationaux appliqués à la conservation de la biodiversité marine de la région méditerranéenne

Cette étude décrit les instruments juridiques internationaux et régionaux qui concernent la conservation de la biodiversité marine en Méditerranée et les acteurs responsables de leur mise en œuvre.

 

 

 

En savoir plus sur les résultats >>

 

 

UNEP MAP RACSPA EC