Action en gestion conjointe de la Communauté Européenne avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement / Plan d’Action  
pour la Méditerranée pour l’identification et la création d’Aires Spécialement Protégées d’Importance Méditerranéenne
dans les zones de mer ouverte et les grands fonds marins
English (United Kingdom)French (Fr)
header
Home
Cadre général PDF Imprimer Envoyer

 

En Méditerranée, les grands fonds marins abritent des habitats uniques, comme les sources hydrothermales, les montagnes sous-marines, les canyons sous-marins et les récifs coralliens profonds, caractérisés par une forte biodiversité et un fort taux d’endémisme. En outre, les phénomènes océanographiques et les mouvements des masses d’eau à grande échelle, comme les résurgences, les gyres ou les fronts, créent des habitats essentiels au développement, à la reproduction et à l’alimentation de nombreuses espèces pélagiques. Ces habitats supportent également les différents maillons de la chaine trophique, des espèces planctoniques aux grands prédateurs comme le thon rouge, les requins pélagiques et les cétacés. Mais ces écosystèmes subissent de nombreuses pressions dues aux activités humaines.

Dans le cadre du Plan d’Action pour la Méditerranée du PNUE, le Centre d’Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (PNUE-PAM-CAR/ASP) met en œuvre depuis 2008 une initiative qui vise à appuyer les Parties Contractantes à la Convention de Barcelone à promouvoir la mise en place d’un réseau représentatif d’aires marines protégées dans les zones de mer ouverte de Méditerranée, y compris les eaux profondes.

Photos_1

 

L’Action

La Méditerranée bénéficie, à travers le Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM) et la Convention de Barcelone, d’un cadre juridique et institutionnel particulièrement favorable à la concrétisation des engagements relatifs à la mise en place d’ici à 2012 d’un réseau d’aires marines protégées, y compris en haute mer, conformément au cadre juridique international pertinent et aux objectifs du Sommet mondial pour le développement durable. En l’occurrence, le Protocole relatif aux Aires Spécialement Protégées et à la Diversité Biologique en Méditerranée, adopté en 1995 par les Parties contractantes à la Convention de Barcelone, prévoit l’établissement d’une liste des Aires Spécialement Protégées d’Importance Méditerranéenne (ASPIM) en vue de promouvoir la conservation des aires naturelles et la protection des espèces menacées et de leurs habitats, considérant que ces ASPIM peuvent être créées à la fois dans des zones marines et côtières soumises à la souveraineté ou à la juridiction des Parties, ainsi que dans des zones situées en tout ou en partie en haute mer.

A ce jour, 25 ASPIM ont été inscrites sur la liste, leur conférant une reconnaissance des 21 pays riverains de la Méditerranée en tant qu'aire marine protégée. Seul le Sanctuaire Pelagos inclut à la fois les eaux littorales des trois pays riverains, France, Italie et Monaco, ainsi que la zone de haute mer incluse dans ses limites.

Mise en œuvre depuis 2008, l’Action en gestion conjointe de la Communauté Européenne avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement / Plan d’Action pour la Méditerranée vise à promouvoir la création d’un réseau écologiquement représentatif d’aires marine protégées en Méditerranée, à travers le système des ASPIM, dans les zones de mer ouverte et les grands fonds marins.

Plus largement, l’Action a pour objectif de renforcer la gouvernance des zones de mer ouverte par une approche sous-régionale, afin d’assurer la conservation de la biodiversité de ces aires et un usage durable de leurs ressources marines.

L'Action se base sur l'utilisation de la meilleure information scientifique disponible et le conseil des scientifiques, des gestionnaires de ressources, et d’un large éventail de parties prenantes focalisées sur la santé et l'intégrité des écosystèmes, en particulier les représentants des pays méditerranéens.

L’Action est mise en œuvre par le Centre d’Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (PNUE-PAM-CAR/ASP) et financièrement soutenue par la Commission Européenne suivant un processus développé en deux phases :

- Phase I : Identification d’aires prioritaires Identification d’aires prioritaires de conservation situées en mer ouverte, y compris les zones profondes  (2008 – 2009)

- Phase II : Appui aux Parties à la Convention de Barcelone pour la création d’AMP dans les zones de mer ouverte, y compris les eaux profondes (2010 – 2011)

 

Un Comité de pilotage fournit les conseils scientifiques et techniques sur le développement du projet et valide les principaux produits et résultats du projet. Présidé par le CAR/ASP, le Comité de pilotage est composé de représentants des organisations internationales et régionales suivantes :


UNEP

Division de la Mise en œuvre des Politiques Environnementales et Division du Droit environnemental et des Conventions du Programme des Nations Unies pour l’Environnement

FAO

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (UN-FAO)

IMO

Organisation Maritime Internationale (OMI)

CE

Commission Européenne (CE)

MAP

Unité de Coordination du Plan d’Action pour la Méditerranée (PNUE/PAM)

GFCM

Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM)

ACCOBAMS

Secrétariat de l’Accord sur la conservation des cétacés de la mer noire, de la méditerranée et de la zone atlantique adjacente (ACCOBAMS)

OSPAR

Secrétariat de la Convention OSPAR

Pelagos

Secrétariat du Sanctuaire Pelagos

REMPEC

Centre Régional Méditerranéen pour l'Intervention d'Urgence contre la Pollution Marine Accidentelle (REMPEC)

IUCN

Union Internationale pour la Conservation de la Nature - Centre de Coopération pour la Méditerranée (IUCN Med)

CIESM

Commission Scientifique de la Méditerranée (CIESM)

WWF

Programme méditerranéen du WWF (WWF MedPO)

 

UNEP MAP RACSPA EC